Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 18:00

Pour tenter une esquisse de réponse à la question existentielle posée par Cassiopée dans un précédent commentaire, voici quelques réflexions que je vous livre, brutes de décoffrage. C'est avec plaisir - et en toute humilité - que je prendrai connaissance des remarques et compléments que ces quelques lignes consacrées à un sujet stratégiquement important pourraient susciter!

La question de la culotte revient invariablement pour peu qu’on s’intéresse aux dessous féminins. Si la culotte, dans toutes ses déclinaisons, jusqu’à la plus minimaliste, j’ai parlé du string, est considérée aujourd’hui comme un élément intouchable de la lingerie fémine, ce n’a pas toujours été le cas. Pendant des siècles, la culotte, considérée comme spécifiquement masculine, à l’instar des pantalons, n’a pas été autorisée aux femmes, pas plus comme vêtement de dessus que comme culotte de dessous. Les chemises, relativement longues, portées sous les corsages ou les corsets, faisaient en fait office de culotte de dessous, auprès de la gent féminine comme auprès des messieurs. La culotte de dessous est en fait une invention récente promue par les hygiénistes dès la fin du 19ème siècle…

L’adoption, pour tenir les bas, de jarretelles solidaires au corset, à la même époque, provoque une petite révolution : entravée par les jarretelles, la chemise tombe mal ; elle raccourcit progressivement, favorisant l’adoption de grandes culottes de dessous bordées de froufrous, le plus souvent fendues, afin de permettre de se soulager plus aisément.

Avec l'avènement de la lingerie moulante portée à même la peau (combinés, gaines) et la fin des grandes culottes froufroutantes, le problème s'est posé autrement. Mettre un slip ou une petite culotte sous une gaine ou un combiné muni de jarretelles était certes élégant (c'est d’ailleurs la solution choisie dans les catalogues de dessous) mais guère pratique. Pour des raisons de commodité évidentes, on préfère alors porter la culotte par-dessus. Cette pratique, qui pose problème esthétiquement, en a toutefois rebuté plus d’une, et quantité d’élégantes ne voyaient aucun mal à ne pas mettre de culotte du tout, n’en déplaise à notre sensibilité et à notre pudeur d’hommes et de femmes du 21ème siècle… Quant à celles qui préféraient « assurer », les plus soucieuses de leur image pouvaient retirer discrètement l’objet du délit au moment opportun…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Léo le Chat - dans La gaine
commenter cet article

commentaires

Legs 22/03/2011 22:13


Les lolottes, tout un programme pour nous les filles, et on sait l'émotion qu'elles peuvent vous procurer Messieurs ;))... vous semblez maîtriser cette "grave" question cher Léo, bel article, fort
bien synthétisé par Cassio d'ailleurs : sur les jarretelles sauf pour la gaine de nos rêves (un jour peut-être!),dans ce cas, adieu jolie dentelle ;))
Sandrine ayant osée les bises culottées, je m'aventure vers les bises déculottées, circonstances obligent ! ;))


Léo le Chat 22/03/2011 22:24



Je ris dans ma barbe (de prophète bien évidemment).


Excellente chute, chère Legs!


N'a-t-on prédit pour cette année un tremblement de terre qui ferait tomber les culottes (et accessoirement les vieux dictateurs)?


(Quoi que je ne sois pas certain que les chutes de culottes soient d'actualité pour les femmes nées de l'autre côté de la Grande Bleue...)



Cassiopée 22/03/2011 18:34


Grand merci pour cette jolie leçon d'histoire, cher Léo.
Et aussi pour la leçon tout court que j'ai bien retenue et résumerai en 2 chapitres :
- avec mes PJ-serre-taille-guêpières-corsets, ne rien changer, culotte dessus
- et avec ma peut-être-éventuellement-si-vous-êtes-convaincant-future-gaine, pas de culotte :-)


Léo le Chat 22/03/2011 19:02



Voilà une sage décision...


Ravi de vous avoir été utile!



basnylonetmusiqueretro 21/03/2011 21:28


A vrai dire je n'ai pas vraiment de préférences sauf peut-être la matière. Bon les grosses culottes en laine ou en coton, je trouve pas ça ouias... Pour moi, c'est un prolongement et aussi
quelquefois un complément du reste. Je dois dire et c'est le cas que j'en ai vu de toutes les couleurs, le rouge, le noir, le blanc ont mes préférences, du plus simple au plus coquin.

Merci à vous d'avoir abordé le sujet

Amitiés


Léo le Chat 22/03/2011 08:41



Merci pour le passage, cher ami.


Les commentaires d'un connaisseur tel que vous l'êtes sont toujours les bienvenus.


Pour ma part, la culotte m'importe peu: grande, petite, absente... pourvu qu'il y ait les bas!


Son seul intérêt, d'un point de vue strictement masculin,n'est-il pas, finalement, de la retirer?



Valmont 21/03/2011 19:05


Merci pour ce petit historique... culotté ! Mais néanmoins intéressant ! Ah un joli serre-taille, tenant de jolis bas couture, avec une jolie petite culotte à dentelles et fleurs (par dessus les
jarretelles à priori), de beaux escarpins, j'imagine la traversée de la pièce, il fait chaud aujourd'hui ! Ahhhh c'est le printemps ! Amitiés et bisous printaniers à ces Dames !


Léo le Chat 22/03/2011 08:37



La sève remonte.....!



Gentleman.W. 21/03/2011 18:45


J'aime quand l'histoire est si bien racontée, quand le temps nous permet de rêver au passé puis au présent.

Culotte, shorty, string et autres variations, j'aime tout cela suivant la moment, la femme qui la porte, ou l'oublie.

Nylonement


Léo le Chat 22/03/2011 08:37



Peu importe le flacon... comme disent les sages..!


Vous faites preuve d'un éclectisme qui vous honore, cher Gentleman.



Présentation

  • : Le blog de Léo le Chat
  • Le blog de Léo le Chat
  • : Blog consacré au "revival" de la lingerie glamour
  • Contact

Fréquentation

Combien de visiteurs en ce moment?   


Recherche

Liens