Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 18:30

XIV

Après avoir pris une douche et avalé son petit-déjeuner, Natacha endossa, comme elle l’avait prévu, sa panoplie de femme des années 50. Au fur et à mesure des étapes du petit rituel inauguré la veille, la jeune femme sentait cependant sa bravoure diminuer. Elle était tout à coup beaucoup moins sûre de sa résolution. Ce test « grandeur nature », était-ce vraiment une bonne idée ? Et si d’aventure elle rencontrait une amie chemin faisant ? Et si Jean en venait à trouver cela moche, ou, pire, « mémé »… ?

Elle résolut de mettre à exécution la première phase de son plan. Si elle se sentait mal à l’aise, pas prête, rien n’empêchait qu’elle se change avant d’aller retrouver son amoureux !

La rue était animée. Le soleil brillait, l’air de matin, encore relativement frais en ce jour de mars, semblait donner aux gens une énergie nouvelle et aux choses gaîté et légèreté. Un beau matin pour ce promener en ville. La jupe du tailleur se balançait légèrement au rythme de ses pas, frôlant le creux de ses genoux. Elle se sentit soudain une forme éblouissante.

Ses talons battaient joyeusement en cadence le bitume du trottoir. Elle était heureuse d’être là… et certains passants le voyaient bien. Ils la suivaient un moment du regard, intrigués par cette image sortie d’un écran de cinéma. Une femme à l’élégance certaine, que sa chevelure rousse, nerveuse, et son sourire mettait en lumière. Son bonheur paraissait contagieux : il suffit parfois d’une apparition comme celle-là pour qu’une journée s’éclaire – et que la vie reprenne un peu de sens !

Devant une vitrine qui réfléchissait son portrait, Natacha vérifia brièvement sa tenue : tout semblait parfaitement en place. Elle sentait en marchant le léger mouvement de tension et de relâchement alterné des ganses maintenant ses jarretelles – et cette sensation n’était pas sans provoquer en elle une certaine griserie…. Passant à proximité du magasin où elle avait, l’autre jour, fait l’emplette d’une jolie parure, elle ne put résister au plaisir de faire un peu de « provoc’ ». Quelle tête ferait la vendeuse en la voyant dans ce tailleur, elle qui prétendait lui donner des leçons sur la mode des « fifties » !
Elle entra d’un pas décidé.
- Bonjour Madame, vous désirez ?
Bingo ! C’était précisément la vendeuse qui l’avait servie.
- Il me faudrait une paire de bas.
- Vous voulez dire des collants, je suppose ?

La question surprit Natacha. La brave dame ne se souvenait-elle donc pas de ce qu’elle lui avait vendu ?

- Non, des bas.
- La vendeuse, réalisant soudain sa bévue, se reprit :
- Suis-je bête, vous êtes venue il y a quelques temps, bien sûr. Pardonnez-moi !
Les deux femmes échangèrent un regard, la vendeuse souriant poliment à sa cliente.

- Quelle qualité ?
- Je souhaiterais une paire dans une teinte et une qualité assez proches de celles-ci, répondit Natacha, en dévoilant légèrement son genou.
La vendeuse se pencha pour examiner les bas.
- Des nylons anciens d’une très belle qualité. Pas évident de trouver l’équivalent dans l’assortiment actuel… Je mets des bas assez souvent, je suis bien placée pour le dire ! Quelle taille ?
Natacha se sentit piégée. En fait, elle n’y connaissait rien… Elle dut faire un gros effort pour se remémorer l’étiquette qui figurait sur les pochettes des paires empruntées à sa grand-mère.
- Euh, du 9 ½ .
La vendeuse fit coulisser plusieurs tiroirs, ouvrit diverses boîtes, en extrait plusieurs sachets plastifiés.
- Sans couture, en teinte « fumée », ou « Flandres », un peu plus gris, j’ai ces modèles, qui pourraient convenir. Ce sont des paires déjà assez anciennes.
Natacha se pencha pour examiner les bas.

- Et avec couture, vous avez quelque chose ?
- Le choix est encore plus réduit, lui répondit la vendeuse, en cherchant dans un tiroir situé tout en bas de comptoir. Nous avons encore quelques paire en marron foncé, Cappuccino, plus précisément, et en fumée. Voici.
Natacha compara attentivement les divers modèles proposés ; la vendeuse glissait avec d’infinies précautions son poing pour lui donner une idée plus précise du coloris de certaines paires.
- Je vais prendre ces deux, finit-elle par dire, en indiquant deux pochettes : une paire sans couture, d’un beau gris très foncé, et une paire de bas couture (elle trouverait bien un prétexte pour les mettre !) de couleur fumée.

- Ils seront parfaits avec l’ensemble que vous avez acheté la dernière fois.

Natacha-14.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Léo le Chat - dans Un peu de poésie...
commenter cet article

commentaires

caroline 01/04/2012 19:34

Personnellement je préfère la guêpière à la gaine, mais Natacha n'a pas fini de nous surprendre, bientôt la suite de ses aventures ?

Léo le Chat 02/04/2012 12:07



Gaine ou guêpière, peu importe... L'impostant est de se sentir en phase (emphase?) avec ses dessous, pas vrai ?



Présentation

  • : Le blog de Léo le Chat
  • Le blog de Léo le Chat
  • : Blog consacré au "revival" de la lingerie glamour
  • Contact

Fréquentation

Combien de visiteurs en ce moment?   


Recherche

Liens