Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 18:23

IX

Ce samedi là, Natacha avait rendez-vous avec Jean pour une soirée en amoureux.
Au programme, un film qui venait de sortir, puis un repas dans une grande brasserie sur les boulevards, où ils retrouvaient souvent des copains.
Natacha hésita longtemps devant son placard.
Allait-elle mettre le tailleur et en faire la surprise à son chéri ? Elle était curieuse de connaître sa réaction. Il avait un certain goût pour les habits chics et lui faisait souvent des compliments sur sa façon de s’habiller.
Elle considéra finalement que c’était un peu trop. Trop tôt. Trop fort. Il lui fallait un peu de temps pour se faire elle-même à l’idée de le mettre. L’apprivoiser, en quelque sorte.
Et puis, le tailleur, les bas, cela faisait beaucoup à la fois…

Natacha restait pensive. Elle avait tout de même très envie de se faire belle et de le surprendre.
Elle contempla la parure achetée sur un coup de tête, quand elle s’en était revenue de chez sa grand-mère, rêveuse. « J’essaierais bien les bas avec ma petite robe noire toute simple », se dit-elle, non sans sentir un certain trouble monter une elle. « Elle n’est pas trop courte, personne ne devrait s’en apercevoir... ». Elle hésitait à franchir le pas.

« Pourquoi pas ? Ce serait une façon de voir si les bas avec un porte-jarretelles sont plus agréables à porter qu’un collant ». Sa mère avait raison, et elle le savait bien elle-même : les collants lui procuraient une sensation désagréable à l’entrejambe, elle n’aimait pas cela.
La jeune femme choisit, parmi les quelques pochettes de bas qu’Iryna lui avait données, une paire d’une teinte particulière, pas tout à fait noire. « Fumée » à en juger à l’étiquette, conservée. Il s’agissait de toute évidence d’une paire jamais portée.
Natacha contrôla l’état de ses mains et vérifia ses ongles. Ce serait dommage de gâcher de si beaux bas, qui plus est des bas d’époque, introuvables aujourd’hui. Elle sortit délicatement les bas de leur étui plastifié. Leur parfum délicat la surprit, moins cependant que leur texture souple et soyeuse, si douce au doucher.

Elle passa le porte-jarretelles autour de sa taille, l’ajusta sur ses hanches déjà arrondies et l’agrafa. Enfiler les bas lui procura un plaisir difficilement descriptible. Il y avait du raffinement dans le geste. La jambe s’ombrait progressivement, jusqu’au moment où, le revers bien positionné au haut de la cuisse, il ne restait plus qu’à les fixer aux attaches du porte-jarretelles, le buste légèrement penché. Les jarretelles situées sur le côté nécessitaient une légère torsion… Elle sourit en se voyant faire le geste dans le miroir : mettre ses bas, finalement, c’est une petite gymnastique !

Après avoir vérifié que les bas était correctement positionnés et rectifié la tension des rubans de manière à assurer une bonne tenue – Iryna lui avait expliqué l’importance stratégique d’un tel « réglage » –, elle contempla son image dans la glace.

Un sentiment un peu étrange l’assaillit. Elle avait l’impression d’être quelqu’un d’autre, une autre femme. Etait-ce bien elle, dans le miroir, qui la dévisageait ainsi ? Elle se trouva ravissante.
Elle passa le soutien-gorge, ajusta délicatement ses seins dans les bonnets et tendit les bretelles. Elle enfila ensuite la combinaison gris-perle empruntée à sa grand-mère, puis la culotte assortie au porte-jarretelles.
Une touche de parfum pour tout maquillage. Le collier que Jean lui avait offert. La petite robe noire à encolure carrée enfin, qu’il aimait bien lui voir quand ils sortaient. Et puis les fins souliers noirs, dans lesquels elle glissa ses pieds enrobés de nylon avec infiniment de précaution.  Elle était prête.

Elle se regarda une dernière fois dans le miroir. Peut-être se fit-elle un petit clin d’œil à elle-même ? Natacha se reconnaissait à présent. C’était bien elle qui la regardait.

natacha-chap9.gif

Partager cet article

Repost 0
Published by Léo le Chat - dans Un peu de poésie...
commenter cet article

commentaires

JdCblog 12/03/2012 08:45

Vous avez raison, cher Léo, d'assumer vos choix. Je n'avais pas pensé au papa Noël, en effet.

Quant à Jean, c'était le prénom de mon papa donc, forcément, il me touche.

J'attends la suite avec impatience, moi aussi.

Léo le Chat 12/03/2012 09:37



Madame est servie!


Léo, curieux de voir votre réaction---



caroline 10/03/2012 19:02

j'adore cette suite toute en délicatesse où l'on voit notre héroïne progresser lentement mais sûrement dans le monde de la féminité. J'ai hâte de découvrir la suite...

Léo le Chat 11/03/2012 15:58



Merci Caroline.


La suite ne devrait pas vous décevoir...



JdCblog 09/03/2012 09:06

J'aime beaucoup le terme de "souliers" que vous utilisez, pas très actuel (j'aurais plutôt utilisé le terme escarpins), mais qui s'accorde bien avec l'ambiance vintage que vous avez créée dans ce
très joli feuilleton. Maintenant, attendons la réaction de Jean (un prénom, lui aussi, d'une autre époque).

Léo le Chat 11/03/2012 15:58



Eh oui, on ne se refait pas... chère amie.


Et puis, Petit papa-Noël, n'oublie pas mes petits escarpins, cela n'est pas vraiment ça!


Quant au prénom, j'aime bien celui de Jean, je l'avoue: j'aurais eu un fils, peut-être qu'il se serait appelé ainsi... Et tant pis pour les "tendances" actuelles!



Présentation

  • : Le blog de Léo le Chat
  • Le blog de Léo le Chat
  • : Blog consacré au "revival" de la lingerie glamour
  • Contact

Fréquentation

Combien de visiteurs en ce moment?   


Recherche

Liens