Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 12:02

XX

Durant les semaines qui suivirent, accaparée par divers travaux qu’elle devait rendre et des exposés à présenter, Natacha n’eut plus vraiment le loisir de repenser à ce dimanche qui resterait à jamais inscrit dans sa mémoire.

Sans renoncer à ses jeans et ses blousons, elle se mit cependant, progressivement, à adopter de plus en plus souvent une tenue plus proche de l’image idéale qu’elle s’était, plus ou moins consciemment, formée. Le petit tailleur ne ressortit cependant plus de l’armoire pendant quelque temps. Peut-être la charge émotionnelle était-elle encore trop forte… Mais les quelques jupes qu’elle possédait revenaient à tout de rôle sur le devant de la scène, assorties avec des hauts variés, tous plus féminins les uns que les autres.

Elle adopta les bas – sans couture ! – avec un certain plaisir. Quand elle se promenait jambes nues, elle avait l’impression qu’il lui manquait quelque chose… Au début, le petit porte-jarretelles remplit bravement sa mission ; elle en tendait au maximum les rubans, de manière à éviter autant que possible que les bas ne pochent, comme elle en avait fait la douloureuse expérience au premier jour.

Un soir qu’elle naviguait sur la toile à la recherche d’un porte-jarretelles susceptible de lui faire service (le sien montrait hélas quelques signes de faiblesse), le hasard des requêtes lancées sur le net la fit aboutir sur un blog étonnant, plein de conseils, de renseignements et de billets relatifs aux bas, à la façon de les porter, à leur histoire, au rôle qu’ils avaient joué et pourraient encore jouer dans notre société. La lecture en zig-zag de ce blog lui prouva qu’elle n’était pas la seule à aimer porter des bas. Elle lu avec beaucoup d’intérêt les confidences d’une fille de son âge, folle de bas, de porte-jarretelles, de gaines et de corsets. Des visiteuses convaincues faisaient part des expériences qu’elles avaient faites et y allaient de leurs conseils. Plusieurs vantaient, pour « les bas au quotidien », l’usage de petites gaines sans armatures, suffisamment fermes toutefois pour assurer un maintien satisfaisant et une tenue parfaite des bas, plus sûres et confortables que les porte-jarretelles.

Curieuse d’en faire le test, elle commanda sur un des sites conseillés par le blog un modèle qui lui parut à la fois élégant et fonctionnel : une gaine « 18 heures » de la marque Playtex, ouverte en bas, munie de quatre jarretelles relativement courtes. Elle la reçut une dizaine de jours plus tard et l’essaya le lendemain même. Relativement agréable à porter, elle permettait en effet une tension parfaite des bas. Elle la porta durant toute la journée sans vraiment y penser. Le soir venu, elle fut cependant contente de s’en extraire et d’enfiler un jean.

Son petit stock de bas commençant à se réduire comme peau de chagrin (ils sont vite filés hélas), elle résolut à quelques temps de là de faire une petite visite de courtoisie –  pas tout à fait désintéressée – à sa chère mamie. Se remémorant le vœu d’Iryna, lors de leur précédente rencontre, elle prépara le tailleur gris chiné et sortit de leur pochette les bas-coutures fumée.

 

Après s’être vêtue de pied en cap, elle vérifia comme elle pouvait le positionnement des coutures sur ses mollets (Jean n’était pas là pour lui prêter main-forte !). Satisfaite, elle s’éclipsa et se mit en route sans tarder. Sur le boulevard, elle eut l’impression étrange que tout le monde regardait ses bas et voyait en transparence sous ses jupes. Elle chassa vite cette pensée et ne se préoccupa plus des autres.

Chemin faisant, elle croisa une amie. Après s’être embrassées, celle-ci lui lança :
- Wawww … le look ! Tu vas à un rendez-vous galant ?
Natacha pouffa.
- Non, je vais chez ma mémé !
Son interlocutrice, désarçonnée par cette réponse inattendue, ne jugea pas bon de prolonger outre mesure la conversation. Les deux filles se séparèrent.

Natacha avait redouté le moment où une de ses amies la surprendrait ainsi vêtue. Expérience faite, il lui sembla soudain que cela n’avait aucune espèce d’importance. Fière d’elle, elle continua sa route, telle le Chaperon rouge défiant le loup.

Passant devant le magasin de lingerie où elle avait acheté les bas qu’elle portait, elle jeta un regard distrait sur la vitrine, sans toutefois s’arrêter. Peut-être y reviendrait-elle un de ces jours afin d’acheter quelques paires supplémentaires de bas-coutures… Mais pour l’heure elle avait mieux à faire.

Iryna fut très heureuse de découvrir sa petite-fille sur le palier. Cela faisait un bon moment qu’elle ne l’avait pas revue ! Elle ne remarqua toutefois pas spontanément qu’elle portait les fameux bas-coutures. Natacha, légèrement déçue, se tourna vers elle et lui lança :
- Tu n’as rien remarqué ? Je les ai mis pour toi !
Iryna prit un peu de recul pour mieux juger de leur effet.
- Ah ! Tu as mis tes bas-coutures ? Ils sont très beaux. Très raffinés. Et ils sont parfaits avec ce tailleur. Je te félicite, ma petite !

Les deux femmes s’installèrent dans le salon. Iryna remarqua que sa petite-fille s’asseyait différemment, d’une manière plus élégante, en maintenant les jambes serrées. Décidément, les bas ont une vertu éducative, se dit-elle en elle-même…

Après avoir pris des nouvelles de sa santé et échangé quelques propos usuels, Natacha en vint droit au but.

- Tu sais mamie, je me suis mise aux bas plus régulièrement. Est-ce que tu pourrais m’en refiler quelques paires supplémentaires ? Cela me rendrait service…
- Si tu cherches des bas-coutures, je n’en ai pas, hélas.
- Non non, des bas normaux. Les coutures, c’est pour des occasions très spéciales… !
- Suis-moi, Natacha !
Les deux femmes montèrent à l’étage. Iryna ouvrit une commode et en extirpa plusieurs petites boîtes à chaussures, dans lesquelles des pochettes de bas étaient sagement rangées.

- Prends ce qui te fait plaisir !

Natacha choisit une dizaine de paires, de teintes variées.

- Génial ! Tu es vraiment une super-mamie…

Iryna ouvrit un autre tiroir et en sortit trois combinaisons, une blanche, l’autre noire et la dernière d’une teinte qu’on aurait pu appeler « vieux rose ».

- Cela te sera peut-être utile, puisque tu as décidé de te mettre aux bas ! fit-elle, en lançant un clin d’œil à la jeune femme.

Natacha lui fit une grosse bise sur la joue. La vieille dame sourit.

- Tu t’en vas déjà ?

- Oui, j’ai plein de trucs à faire aujourd’hui, désolée, pas le temps de prendre le thé avec toi !

Natacha embrassa sa grand-mère tendrement et prit congé d’elle.

 

Ce soir elle retrouverait Jean. Elle ne pensait plus qu’à cela.

Natacha-epilogue.jpg

Reconnaissez-vous cette jolie rousse....?

Partager cet article

Repost 0
Published by Léo le Chat - dans Un peu de poésie...
commenter cet article

commentaires

JdC 13/06/2012 11:20

Alors, cher Léo, quelles nouvelles ? De nouveau en villégiature (sacré veinard, si c'est le cas) ? Vous nous manquez !

Titus3 16/05/2012 14:29

Pour ce qui est du "parfum" dont parle Léo au sujet des gaines Playtex, je pense qu'il fait référence à celui qui est dû aux matières utilisées.

Concernant les couleurs, c'est vrai que je comprends pas cette évolution de la marque : pourquoi ne les proposer e qu'en "chair" et pas au moins également en blanc et en noir ? Et j'admets
volontiers que cela puisse être rebutant pour les curieuses qui voudraient tenter l'expérience.

Perle 16/05/2012 08:50

Un délicieux parfum ? Je n'aurais pas imaginé Playtex parfumer ses dessous ;o) .
Quant à la gaine "18h", je demande à la voir, je ne trouve sur le net que la culotte ventre plat dans cette gamme.
En revanche, c'est la fameuse gaine fourreau "incroyable" avec ses panneaux rigides d'un beige douteux qui me donne cette impression...

Titus3 15/05/2012 21:57

J'apporte mon soutien plein et entier à Léo à propos des gaines Playtex.

Perle 15/05/2012 09:47

Rhoooh non ! Pas une Playtex toute moche avec des attaches en plastiques ! Hormis ce détail, belle conclusion pour ce récit initiatique.

Léo le Chat 15/05/2012 21:39



Chère Perle,


Vous êtes trop sévère avec les Playtex. Les modèles récents ont des jarretelles en plastique, je vous l'accorde, mais elles sont de bonne qualité et le bouton et applati de manière à ne pas être
trop saillant. C'est un avantage avec une jupe près du corps.


Quand é l'esthétique, je les trouve pour ma part très bien - sans parler de leur délicieux parfum!


Affaire de goût...



Présentation

  • : Le blog de Léo le Chat
  • Le blog de Léo le Chat
  • : Blog consacré au "revival" de la lingerie glamour
  • Contact

Fréquentation

Combien de visiteurs en ce moment?   


Recherche

Liens