Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 21:56

Pourquoi la mode rétro, et particulièrement la mode des années 50 et 60, titille-t-elle l’imagination et provoque une rêverie érotique indéniable, autant pour soi-même que pour son partenaire ? Grave et complexe question assurément, souvent faussée par toute sortes d’idées reçues.

Le fait que la mode rétro souligne une différenciation culturelle entre les sexes joue sans doute un rôle important : on ne s’habille pas la même chose si on est femme ou si on est homme ; seuls les enfants, jusqu’à la puberté, échappaient, à ce dualisme sexuel considéré socialement comme éminemment important, et jusque dans les années 50, les garçons, jusqu’à l’âge de 14 ans environ, portaient souvent, l’hiver, des bas de laine, comme les filles, crochés à des ceintures (« sous-taille ») par des boutons.

On peut considérer cette différentiation culturelle entrvousavezditretro.jpge les sexes comme une discrimination, comme une atteinte aux droits inaliénables de l’individu. Cette interprétation connaît depuis 40 ans une faveur certaine. Après une génération, on commence cependant à ce rendre compte que l’individu a des droits certes, mais que pour que le ciment social fonctionne, on doit poser un cadre qui permette à la collectivité de se retrouver dans des valeurs communes. Dans ce cadre précis, le rapport au vêtement est, dans tous les groupes sociaux, un élément majeur, où s’exerce une contrainte plus ou moins éprouvante pour l’individu. Cela va des rites initiatiques ancestraux à une chose toute bête comme, dans notre société occidentale dite évoluée, le fait, pour une femme, de devoir porter une jupe (ou pour un homme, d’effectuer un service militaire, par exemple).

S’habiller rétro, c’est surtout, je crois, s’habiller de manière sexuée (comme d’ailleurs danser rétro !). Ce n’est pas pour rien que les éléments « rétro » les plus fascinants sont ceux qui véhiculent une idée précise de la féminité, pensée comme une ode au raffinement, compagnon fidèle de l’élégance : chapeaux, voilettes, bottines à lacets cambrées, jupons et combinaisons soyeuses bordées de dentelle, gants, bas délicatement retenus par des jarretelles, gaines et corsets… Tout cela connote le luxe, la délicatesse, bien sûr, mais surtout tout cela « sent » terriblement la femme - culturellement parlant. Cela donne l’image d’une femme qui veut maîtriser son corps : taille marquée pour mieux accentuer la féminité du bassin, ventre soutenu pour éviter une image de laisser aller (et c’est vrai qu’un ventre qui tend sa bosse sous une jupe, cela fait vraiment mauvaise impression, au moins autant qu’une poitrine affaissée !).

Je suis convaincu qu’affirmer que tous ces accessoires ont été imaginés par l’homme pour asservir la femme et la reléguer au rang de potiche est une idée reçue. Non seulement ces atours ont pour la plupart été adoptés par les femmes elles-mêmes, mais ce sont elles qui ont mis un point d’honneur, pendant des générations, à passer le message, à marquer de manière très nette le passage du statut de fille à celui de femme par l’imposition d’une « discipline » constitutive d’un art de vivre. Dans ce rituel de passage, le rapport aux dessous est central : toute fille, quelle que soit son origine sociale, à un moment donné, devait assumer sa féminité (féminitude diront les mauvaises langues) : les jupes rallongeaient, les bas fins remplaçaient les chaussettes ou les collants épais, les petits talons faisaient leur entrée en scène, avec le maquillage, le parfum et les premiers bijoux ; et surtout, les corsets, les gaines et les combinés devenaient un accessoire indispensable non seulement à la posture et à la prestance qui en découle, mais aussi au sentiment d’appartenance à la tribu des femmes, qu’on soit princesse, bourgeoise, ouvrière ou paysanne. (Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce qui fascine le plus les travestis ou les transgénique, c’est précisément l’acceptation - voire la revendication - de cette contrainte vestimentaire).

Tout cela est certainement à discuter et préciser. Quoi qu’il en soit, ce qui me séduit, chez une femme qui fait l’effort de mettre une jupe, d’enfiler des bas et s’impose volontairement le port d’un dessous qui modèle son corps, c’est le message qu’elle donne : elle revendique une différence, celle de son sexe, tout à fait indépendamment du rôle social qu’elle assume, qu’elle soit femme d’affaires, vendeuse ou femme au foyer.

En dépit de ce qui précède, je suis très modérément optimiste en ce qui concerne les filles d’aujourd’hui (qu’elles veuillent bien excuser ma franchise !) : si on n’a pas été confrontée, à un moment ou à un autre à une certaine contrainte, on supporte très mal l’inconfort inévitable (au moins au début) des parures féminines. D’où toutes ces idées sur le corset, considéré comme instrument de torture. Pour la plupart, après un essai de quelques heures, même une petite gaine souple apparaît comme un truc in(sup)portable, oppressant, et une paire de bas un vêtement impossible à mettre de manière régulière (va pour le mariage ou une grande occasion, pour faire plaisir à Julot)… Dommage, car les choses les plus belles de la vie ne sont pas toujours les plus évidentes !

Partager cet article

Repost 0
Published by Léo le Chat - dans Le corset
commenter cet article

commentaires

Leina 17/03/2015 15:09

Bonjour, monsieur le chat,
Ne vouliez-vous pas dire "transgenres" au lieu de "transgéniques" ?
Ceci mis à part, l'aperçu que j'ai de votre blog me plaît bien. Il me rappelle que pour ma part, je voulais toujours être en jupe étant enfant. Adolescente, j' ai connu une longue période jeans-baskets avant de revenir aux jupes, définitivement... Je comprends que de nombreuses femmes préfèrent les vêtements dits faciles à vivre, mais ce qui m'agace, c'est de m'entendre demander régulièrement "Mais pourquoi tu ne portes pas de pantalons? C'est beaucoup plus pratique!" C'est dans un pantalon que j'ai l'impression d'étouffer, et c'est un point de vue souvent incompris actuellement!
Je laisse ce petit témoignage, au cas où d'autres filles ou femmes s'y reconnaîtraient...
Bonne journée!

JdCblog 15/03/2011 09:07


Cher Léo,

sincèrement désolée que vous n'ayiez pas pu visionner la vidéo, que je n'ai moi-même pas vue dans son intégralité, mais le titre me semblait prometteur.

Quant à mon silence, je l'explique dans un commentaire posté sur l'un de vos délicieux billets, il me semble que vous y avez répondu, d'ailleurs, et je vous en remercie.


JdCblog 13/03/2011 16:33


Je viens de découvrir un téléfilm que, certainement, vous allez aimer, Léo "Cigarettes et bas nylon".

http://www.pluzz.fr/cigarettes-et-bas-nylon-2011-03-12-20h35.html

rétro à souhait.


Léo le Chat 14/03/2011 20:36



Chère Amie,


Je suis heureux de ce signe de vie... Je ne savais comment expliquer votre silence!


Impossible, malheureusement, de visionner ce téléfilm (ma pauvre machine mouline dans le vide, et le message "Waiting for video" restre indéfiniment affiché).



Roslov 05/03/2011 11:30


Cette mode n'aurait jamais dû passer.. mais suivre les années !!!


Léo le Chat 06/03/2011 21:17



Le temps s'en va, le temps s'en va Madame


Las, le temps, mais nous nous en allons...


Comme disait le poète (Ronsard, si ma mémoire est bonne)


 



Gentleman.W. 04/03/2011 17:14


Je ne sais quoi rajouter, car Rétro et tous vos mots sont là, nets et précis.

Rétro oui, comme un hommage au passé mais avec la réalité strech pour les gaines d'aujourd'hui, les corsets et les gu^pieres. Tout cela va dans un sens d'esthétisme !

Mais aussi dans une défense de la féminité, d'une image de soi, avec des choix personnels de mode. Il n'existe plus une mode mais des modes.

Choisir, s'émanciper ainsi, ou simplement vivre heureuse avec des nylons, simplement heureuse.

Avec des bises rétro


Léo le Chat 06/03/2011 21:13



Merci pour ce plaidoyer pour la bas-diversité, cher Gentleman!



Présentation

  • : Le blog de Léo le Chat
  • Le blog de Léo le Chat
  • : Blog consacré au "revival" de la lingerie glamour
  • Contact

Fréquentation

Combien de visiteurs en ce moment?   


Recherche

Liens